compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il y a un an...

Il y a un an, début avril 2023, dans un texte intitulé « Tout le bien que tu fais » ; apparaîssait : « Ne regrettez jamais le bien que vous avez fait aux gens, même s’ils se sont éloignés… Même s’ils n’ont pas compris ou apprécié ce qui venait de vous. Avec le temps, ils regretteront amèrement votre présence »…

 

À dire vrai, dans la réalité du monde où nous vivons, celui des relations humaines – amis, connaissances « de longue date ou de circonstance » ; de quel bien que tu fais ou que tu peux faire, s’agit-il ? Ce bien que tu fais, n’est-il pas celui que tu croies faire ? Et, ce bien, est-il attendu par l’autre ?

 

Et, s’il a vraiment été, ce bien, s’il a été ressenti par l’autre tel quel, c’est à dire en tant que bien réel ; et s’il a déterminé puis entretenu le lien, la relation… Et que le lien a été rompu, que la relation a cessé parce que s’est produit un accroc, un désaccord, lors d’un propos, lors d’un comportement que tu as eu, qui a déplu, déçu… Alors tout le bien que tu as fait à l’autre, s’est d’un seul coup perdu, perdu à jamais ; et le temps qui depuis passe, un an, deux ans, trois ans… « Ne change rien à l’affaire » : l’autre ne regrettera jamais ta présence auprès de lui du temps de l’heureuse relation entre toi et lui… Tu ne sauras jamais ce qu’il devient, cet autre, s’il est vivant ou mort, aujourd’hui trois ans plus tard ou dans 10 ans ; il ne saura et ne cherchera jamais à savoir, lui, cet autre, ce que tu deviens… Tu peux seulement imaginer que « peut-être il regrette » dans la mesure où tu croies au bien que tu portes en toi en dépit de tout ce qui infirme, contredit ce bien en toi…

 

La relation, fût-elle la meilleure, la plus durable qui soit ; supporte mal ce qui vient troubler ce qui la soutient et l’entretient…

 

D’autre part il y a dans la relation cette illusion – souvent enracinée en soi – de l’autre qui comprend et apprécie… Alors qu’en vérité il s’en fout complètement, ou s’en moque…

C’est aussi l’illusion de ce bien en toi que tu portes et qui va impacter, qui va toucher… Mais ne touche rien, n’impacte en rien l’autre… Et qui va même être rejeté, reçu comme une volée de bois vert, considéré ennuyeux et à éviter, à « zapper »…

 

Et toi, tu vis dans tout ça, dans toutes ces incertitudes, dans toutes ces croyances de ceci de cela, tout seul dans ta peau jusqu’à la fin de tes jours… Avec peut-être si ce n’est sûrement la pensée que « dans un au delà » ou « dans un monde différent », selon quelque « révélation » la « lumière sera faite », que tout sera retrouvé, pardonné, compris enfin…

 

C’est vrai : est-ce à dire que « rien ne sera retrouvé » ? Non, ce n’est pas à dire, c’est trop désespérant…

Ce qu’il faudrait peut-être dire ? C’est que tout se reconstitue, se réassemble (mais différemment et donc jamais de la même manière – bon c’est vrai, ça peut parfois ressembler)…

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel