compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journal

  • Avant, après ...

    Retourner en arrière c’est redevenir comme l’on était avant…

    Avant, lorsqu’un événement déterminant survenu dans notre vie à un certain moment, n’était pas venu « changer la donne » de nos aspirations, de nos projets, de notre mode de vie au quotidien, de nos pensées, de notre « vision du monde », et… « changer la donne » également, dans nos relations avec nos proches, nos amis, nos connaissances…

    Il est de ces découvertes qu’un jour on fait, de ce que l’on ignorait, de ce que l’on croyait, de ce que l’on tenait pour sûr… Concernant telle ou telle personne de notre entourage… De ces découvertes surprenantes, déchirantes et douloureuses pour certaines, de ces découvertes qui font que « ce ne sera plus comme avant »…

    Et, du jour au lendemain, les points de repère qui étaient les nôtres disparaissent sans que d’autres apparaissent sur lesquels on peut compter…

    Et pourtant l’on demeure la même personne, différente de celle d’avant, mais néanmoins projetée dans un présent auquel on n’avait jamais pensé qu’il serait, avec en soi cette intériorité qui s’était construite depuis notre enfance…

    Et ce qui a été, en particulier ce qui a vraiment, réellement existé dans une relation avec telle ou telle personne que l’on a fréquentée (les « bons moments » en particulier), l’affection, les échanges, tout ce que l’on a partagé de projets, de réalisations, de travail et d’effort commun et d’aspirations, de rêves… Tout cela ne peut pas « ne pas avoir été »… Il peut y avoir une volonté d’effacement mais aussi déterminée que soit cette volonté d’effacement, ce qui a été l’a été bel et bien de la même manière que le ciel, hier à telle heure, présentait la formation nuageuse à ce moment là précisément…

    Une photo, un album de photos, une série de photos dans un album ; cela peut être détruit, déchiré, brûlé, ôté d’une galerie de fichiers image d’un ordinateur… C’est la photo prise du ciel hier à telle heure qui peut être supprimée mais pas le ciel tel qu’il a été aperçu à tel moment…

     

     

  • Profits et dividendes

    Les géants du CAC 40 ont dégagé 150 milliards d’ euro en 2023… Et combien en 2024 ? C’est ce que nous verrons…

    Rappelons que le CAC 40 c’est la capitalisation boursière des 40 plus importantes entreprises françaises.

    Et en plus de ces 150 milliards de profits provenant de la capitalisation boursière, il faut ajouter – ou tenir compte – des 97 ,1 milliards d’euro de dividendes versés aux actionnaires en 2023 , soit 17 milliards de plus qu’ en 2022… ( dividendes produits par les actions du CAC 40). . .

    La France est le pays qui rétribue le mieux les actionnaires, la moyenne mondiale étant en 2023, de 67 ,8 milliards…

    Le total cumulé en 2023 en France pour les profits et pour les dividendes d’élève donc à 247, 1 milliards d’euros.

     

    Le programme du Front Populaire revient à : en dépenses 214 milliards d’euro, en recettes 55 milliards, donc à 160 milliards d’euro.

     

    Est-ce que 87, 1 milliards d’ euro – profits et dividendes – ça suffirait pas pour les géants du CAC 40 et pour les actionnaires ?

     

     

  • Les limites de l'Intelligence Artificielle

    . L'IA qui sera capable de concevoir et surtout de produire un texte "Célinien" ou de tout autre écrivain "novateur et très personalisé dans la langue (française ou autre) , dans le vocabulaire , dans le style, dans une grammaire tout aussi personnelle qui, cependant, ne s' affranchit pas pour autant des règles et du sens ; un texte tel qu'aucun bon traducteur ne pourra jamais rendre avec des mots équivalents à ceux que l'auteur hors normes a employés dans un contexte particulier... Cette IA là n' existera jamais, et si d'aventure elle "existerait presque" - à son niveau parvenu - elle serait alors "battue à la course" par l' écrivain hors normes !

     

  • Organisation et préparation d'un dîner d' amis

    Lesquels « amis » étant des amis « très diversifiés » question croyances et sensibilités :

     

    Doivent venir chez toi – on suppose que tu as pour épouse ou compagne une  maîtresse de maison particulièrement avisée et hors normes et capable de s’ adapter à toute situation et de surcroît excellent « cordon bleu »…

     

    Alors que nous sommes en période de carême coincidant cette année là avec le ramadan…

     

    Un catholique fervent qui durant 40 jours «  ne fait point gras » à midi et au soir et au petit-déjeûner

    Un Indou, un Musulman , un Juif, un végétarien et un végan…

     

    Donc, rien avec du bœuf ou de la vache, rien avec du porc, rien avec du poulet ou de quelque volaille que ce soit, rien avec du poisson, rien qui provienne d’un animal d’ élevage en l’ occurrence du lait, du beurre, du fromage, de la crème, des œufs… Mais « peut-être » pour le fervent catholique tout de même, du filet de poisson sans graisse ; et, pour le Juif et pour le Musulman, du poulet ou du bœuf casher…

     

    Allez chiche : composez le menu !

     

     

  • Entretien et valorisation d'un patrimoine

    Valoriser un patrimoine en l’ entretenant et en l’ aménageant au mieux selon les normes en cours et, si possible en l’ augmentant en importance ; c’est bien là ce qu’ il est convenu de réaliser en sa vie, ce que pensent, ce à quoi s’ attachent bien des gens, notamment les gens de 30 à 50 ans…

    Déroger à cela est mal vu, et « mariginalise » en quelque sorte les personnes qui tout au long de leur vie, ne se sont jamais préoccupées de travaux d’ intérieur d’aménagement, d’ apparence de leur habitation…

    Mal vu dans les familles, mal vu par la plupart des connaissances…

    Mal vu mais personne n’en parle à l’intéressé en question alors même que tous en parlent entre eux ; ce sont les mêmes critiques, les mêmes jugements qui reviennent de la part des uns et des autres…

    « L’ enterrement avant l’enterrement » en somme…

     

    Valoriser un patrimoine ?

    Bon, oui, à 30 ans, à 50 ans peut-être…

    À plus de 70 ans la motivation a « pris un coup dans l’ aile »… Surtout si, question descendance directe après le fils la fille sans enfant, y’ a plus personne…

    Et si de surcroît dans la descendance directe il y a divorce, séparation, recomposition de famille et en conséquence, d’ éventuels héritiers étant des étrangers et qui plus est, des venus de l’autre bout de la planète…

     

    Et puis il y a le figuier, le pommier, le cerisier… Qui, planté tout jeune dans la propriété, le jour de ses 70 ans, dont les fruits seront cueillis par qui ?

    La toiture refaite, la façade ravalée, la cuisine intégrée aménagée, deux pièces en plus dans le grenier rénové, une salle de bains agrandie, un grand salon espace de vie bien ajouré de style 21ème siècle… Tout ça réalisé ou en cours de réalisation… À 50 ans oui encore -quoi que selon les « aléas de la vie »- mais à plus de 70 ans ? Pour qui pour quoi après « sa pomme » ?

     

    Et enfin, il y a le changement climatique avec des intempéries -orages d’ une violence extrême, grêle, tempête, ouragan, tornade, inondation, effondrement de terrain, incendie… À répétition et en fréquence accrue en toute région de notre pays… Du jour au lendemain plusieurs dizaines de maisons à tel endroit, un jour là, un autre jour là, devenues inhabitables… De telle sorte qu’en quelques années seulement les neuf dixièmes du territoire Français vont se trouver impactés par des dévastations sur de grandes étendues…

     

    Alors, valoriser un patrimoine, dans un tel contexte environnemental et sociétal aussi défavorable… Et, en faire une priorité dans sa vie… Est-ce que ça a du sens ?

     

    Et l’héritage ? Parlons en …

    Le fils la fille qui vit « à l’autre bout de la planète » - en Chine, en Australie, au Canada, aux USA , au Brésil… Et qui, probablement jamais ne finira sa vie au pays d’origne, en France notamment…

     

    La « vieille baraque » - dévalorisée y’a des chances – des vieux parents, qu’en fera -t-il/elle, combien pourra-t-il en tirer de pognon en l’ état où elle lui reviendra cette baraque ?

    De nos jours, c’est par notaires interposés que se règlent les héritages, les ventes de maisons qu’on l’ on fait vider par des entreprises spécialisées dans le débarras de maisons, c’ est juste une affaire d’ écriture, de documents et de signatures… À dix mille kilomètres de distance… « On se prend plus le chou » !

     

    Valoriser un patrimoine… Déroger, être marginalisé par rapport à ça, dans son entourage, par ses proches, par ses connaissances qui « ne pipent mot » du vivant de l’ intéréssé à ce sujet – mais en causent entre eux…

    Merde ! Bras d’ honneur ! … Au point où le monde en est, où l’ état de la société en est, et avec les familles plus décomposées que recomposées, et de surcroît les dévastations causées par le changement climatique… Vous m’ en direz tant !