compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journal

  • Emprise d'une part, et déclin d'autre part, de la Religion

    L’incendie de Notre Dame le 15 avril 2019 fut un traumatisme émotionnel pour tous les Français, croyants ou non, et de religions différentes…

    Sans nul doute vu (perçu) comme patrimoine historique et architectural de premier plan par tous les Français, et bien sûr pour les croyants (catholiques notamment) comme le « sanctuaire le plus sacré de la Nation… Avec la Tour Eiffel, Notre Dame représente Paris bien davantage que tout autre édifice ou monument (peut-être peut-on associer le Panthéon et l’Arc de Triomphe?)…

     

    L’emprise de la Religion – en France et de par le monde – se mesure au gigantisme des efforts financiers et de travail de construction réalisés au cours des siècles et des millénaires, pour édifier toutes ces cathédrales, églises : les catholiques et les orthodoxes sont peut-être les plus grands champions en la matière, question argent et travail fournis (pour le travail, c’est, en ce qui concerne les cathédrales, des vies entières et des générations de bâtisseurs qui sont passées sur des dizaines d’années voire même plus d’un siècle)…

     

    Mais, tout à fait paradoxalement, l’on assiste depuis la fin du 20ème siècle Chrétien, à une désaffection croissante en matière de pratique religieuse (surtout pour le catholicisme) en France, en Europe notamment…

    Actuellement 5 à 6 % seulement des Français se rendent à la messe le dimanche, moins d’un Français sur trois se rend à l’église pour Pâques ou Noël… Et si 90 % de Français se marient et s’enterrent à l’Église, il n’en demeure pas moins que ces 90 % de Français, à part les baptêmes de bébés et les première communion de leur enfant, ne se rendent dans des églises que pour les visiter (admirer les vitreux, l’architecture, et sans doute se recueillir dans le silence et dans une méditation personnelle)…

    En 2045 il n’y aura plus en France un seul prêtre (tous remplacés quand ils meurent, les derniers, par des officiants ou « laïcs » servant messe et assurant cérémonies de mariage et d’enterrement)…

    Dans bon nombre de bourgs, villages et même petites villes, les églises sont en piteux état, il n’y a pas d’argent pour les restaurer…

     

    En revanche, si la pratique religieuse en France et en Europe (catholiques et autres chrétiens) est en « perte de vitesse , pour l’Islam ce serait au contraire une accélération de la pratique, de la présence, notamment dans l’espace public, dans les familles de musulmans… Et minarets, mosquées « émaillent » de plus en plus le territoire Français (et pas seulement dans les espaces citadins et urbanisés).

    Tout à fait « significatif » ce constat :

    Les manèges de gosses n’ont souvent plus de cochon en guise de dada, dans les cantines à l’école on évite de servir du porc, chez Mac Donald cherchez un Big Mac ou un Vrap avec du steak de cochon ! (rire)…

     

    L’on assiste aussi, surtout depuis le début du 21ème siècle, à un renforcement assez net, de formes de radicalité dans la religion, tant dans certaines branches et communautés chrétiennes que dans les communautés musulmanes, ce qui nuit à l’ensemble de la société dans ses composantes, exacerbe les conflits et tend à détruire ce « vivre ensemble » prôné par les intellectuels progressistes idéologues, soutenu par des régimes gouvernementaux conciliants… Ce « vivre en ensemble » qui n’est plus que « l’ombre de lui-même », se délite et devient un « enfer de vivre ensemble »…

     

    Et toujours cette « pompe » dans les cérémonies religieuses (en ce sens les Orthodoxes sont les champions suivi de près par les Catholiques, avec leurs évêques, leurs dignitaires aux tiares sertis de pierreries et d’or, leurs vêtements brodés aux vives couleurs, etc. … De « vrais guignols » empourprés coiffés de mitres, tenant de grands sceptres et se livrant à des incantations en levant les bras)… Tout ça me « gave de première » et m’incite à iconoclaster, et quand je vois ça à la Télé, je trépigne de rage ! Surtout quand les Gouvernants « font risette » à cette clique empourprée mitrée en participant aux grandes cérémonies ! À vomir de dégôut toute cette hypocrisie crasse érigée en summum de bienséance, de civilité, bien dans l’ordre du monde !

     

     

  • L'identité numérique : une galère pour l'obtenir !

    L’identité numérique se réalise avec : impôts.gouv, Ameli.fr Assurance Maladie, Identité numérique de la Poste, MSA, YRIS ou France Identité.

     

    À l’exception de France Identité et de Yris, il faut déjà avoir un compte créé et utilisable (impots gouv, Ameli, la Poste et MSA étant des services publics)…

     

    Ensuite il faut avoir sur son smartphone l’application (Yris, France identité, Identité numérique La Poste…)

    Jusqu’à la prise (scan) de la pièce d’identité (recto, verso), et (comme si ça suffisait pas) agiter en inclinant le recto puis le verso de la carte d’identité, pour enregistrer… C’est pas trop « hard » !

    Déjà cette première étape demande quelques manipulations successives : entre autres créer un code à 6 chiffres (qu’il faut retenir et à cette fin, noter quelque part où on peut le retrouver)…

    Mais là où ça se complique c’est pour la deuxième étape : le scan de ton visage. Il faut vraiment bien cadrer pour que ça capte ! Et que la luminosité soit au top ! Donc un premier cadrage visage de face, puis un deuxième cadrage en inclinant le visage à droite (avec luminosité au top)… Mais c’est pas fini pour autant ! Il faut encore pour finir, de nouveau recadrer ton visage mais cette fois dans un cadre plus restreint (avec la meilleure volonté du monde dans ce cadre restreint, de ton visage n’appararaissent vraiment que les yeux, le nez, la bouche – sans les oreilles et sans le tour du visage)…

    Trois fois sur cinq si ce n’est pas 4 sur 5 ça loupe ! Il te faut recommencer ! Au bout de trois, quatre fois que tu recommences sans succès, tu abandonnes ! (tu y as passé une bonne heure !)…

     

    Une vraie galère !

     

    Quand on pense aux neuf millions de Français qui sont pour certains d’entre eux « illectroniques » et pour d’autres qui ne maîtrisent pas toutes ces procédures complexes ; l’on peut dire que le développement et que la généralisation du numérique internet pour « tout » (bientôt « archi tout ») ne sont pas faits pour faciliter les choses et que, derrière ça, il y a des profits gigantesques qui se font (les nouveaux maîtres du monde du numérique)… Sans compter toutes les sociétés privées qui offrent moyennant souscription abonnement ou facturation services, aux personnes peu habiles, de « faire à leur place » !

     

    Numérisation et tout par internet c’est de la déshumanisation ! Et un clivage de plus en plus évident entre les catégories les plus privéliégiées de la société et les catégories défavorisées et délaissées…

     

     

  • La violence en tant que "passage obligé"

    Jean Paul Sartre en 1947 écrivait :

     

    « Je reconnais que la violence sous quelque forme qu’elle se manifeste est un échec. Mais c’est un échec inévitable parce que nous sommes dans un univers de violence. Et s’il est vrai que le recours à la violence reste la violence qui risque de la perpétuer, il est vrai aussi que c’est l’unique moyen de la faire cesser ».

     

    Mais la non-violence est-elle un plus sûr moyen que la violence à faire cesser la violence ?

     

    Si la non violence est une forme de violence, alors oui, peut-être que la non violence peut faire cesser la violence.

     

    La violence n’a encore jamais été expérimentée en tant qu’étape nécéssaire et de durée limitée, ou si elle a été essayée en tant que « passage obligé mais seulement passage », il s’est révélé que le passage s’est inscrit dans la durée (exemple : la plupart de toutes les révolutions ou révoltes dans l’Histoire)…

     

    La violence en tant que « passage obligé » ( ou inévitable) – et de durée limitée – le jour où elle sera effective, marquera un changement de civilisation…

     

    La non violence en tant que seul moyen pour faire cesser la violence ne fera jamais cesser la violence mais de surcroît provoquera et amplifiera la violence, parce que la violence dans son ampleur et dans son développement, et de par toutes ses manifestations d’abjection et de de cruauté, écrasera toujours la non violence qu’elle trouvera en face d’elle… Autrement dit tu ne sauveras jamais ta peau sans le fusil mitrailleur pointé sur celui qui délibérément, veut te détruire… Et avec lequel aucun dialogue n’est possible.

     

    Reste la difficulté – énorme et quasi insurmontable- de ne plus faire du fusil mitrailleur l’ outil indispensable en continuelle utilisation…

     

    Il y a aussi la question – ultra sensible – des « victimes collatérales » selon le « langage officialisé » dans l’ordre du monde…

    Par exemple lors du débarquement des Alliés le 6 juin 1944 sur les côtes de Normandie, comment aurait-on pu éviter que ne fûssent détruites de nombreuses habitations ? Comment aurait-on pu faire débarquer des milliers de soldats sur les plages normandes sans appui d’une puissante artillerie causant de considérables dégâts ? Un bombardement intensif des côtes normandes depuis les navires de guerre ?

     

    Il y a encore la question de la haine…

    La haine qui ne peut être combattue et en soi refusée, que dans la mesure où l’on parvient à un niveau de pensée, de réflexion rendant la haine inutile à être ressentie, et jugée « contre productive »…

     

    La non violence en tant que moyen choisi délibéremment par un (ou une) instigateur déterminé (ou encore par une organisation influente et puissante) peut avoir un résultat réel et positif dans la mesure où elle est soutenue par toute une population ou par une grande partie de cette population…

    Par exemple Martin Luther King, Nelson Mandela, Indira Gandhi, eux, ont réussi mais l’un Nelson Mandela a passé une grande partie de sa vie en prison, les deux autres Martin Luther King et Indira Gandhi ont été assassinés ; l’œuvre de chacun des trois ayant eu un impact limité dans le temps et donc, se révélant impuissante à s’imposer durablement et quasi définitivement…

     

     

  • L'éthique de l'intériorité

    Il y a – si je puis m’exprimer ainsi et en toute liberté – une éthique de l’intériorité, de la décence, de la mesure, et de ce qui ressemble ou s’apparente à une « rigueur morale » mais une « rigueur morale » qui n’est pas pour autant dictée par la morale en tant que morale, ni par des conventions, des codes, des chartes, des prescriptions contraignantes, des obligations (tout cela dans le sens d’un ordre établi auquel on doit se conformer)…

     

    À cette éthique de l’intériorité, puremement personnelle, propre à l’être que l’on est, se sont substituées les religions, les ordres moraux et(ou) d’idées, qui ont prescrit, légiféré, codifié, obligé, notamment dans la manière de se vêtir…

    Dans le Coran cependant, qui est un livre de religion, il n’y a pas d’obligation pour la femme à se couvrir d’un voile…

    Mais dans le Coran comme dans la Bible, il y a tout de même quelques prescriptions pouvant s’apparenter à des recommandations à se vêtir sans laisser paraître les parties du corps « provocantes » , non seulement pour les femmes mais aussi pour les hommes…

    Et en ce sens – celui que prescrit un ordre religieux – il se trouve que le fait d’éviter de laisser paraître les parties « provocantes » du corps (féminin ou masculin)… Peut correspondre à une éthique de l’intériorité qui privilégie et en quelque sorte « met en avant » l’être bien plus que le paraître… Ou, plus exactement, associe l’être avec le paraître en faisant de l’être tel qu’il paraît, comme un « visage ou une allure ou un comportement qui serait représentatif de sa personnalité, de son intériorité »…

     

    Une éthique personnelle de l’intériorité de l’être que l’on est, femme ou homme, implique – ou « devrait impliquer » que l’on n’ait nul besoin de ce que peut prescrire une religion ou un ordre moral ou encore un ordre d’idée…

     

    Il est évident que dans le monde où nous vivons, qui est devenu ce qu’il est… Il y a de moins en moins d’éthique de l’intériorité – d’une part – et de plus en plus de radicalité dans les religions et dans les ordres moraux et d’idées – d’autre part…

     

    L’éthique de l’intériorité, si elle est exprimée – encore faut-il trouver la manière de l’exprimer - est suspectée, souvent déconsidérée voire stigmatisée…

    C’est « je suis libre, je pense par moi-même, je réfléchis, j’observe, je témoigne, je mesure, je ne fais pas n’importe quoi ; donc je passe pour un intrus, un inassimilable »…

    La radicalité dans les religions et dans les ordres moraux et d’idées, radicalité « tambourinée martelée répétée » ; incline à la violence, à l’agressivité, au rejet de l’autre ; elle est devenue une « règle de vie et de relation à l’autre »…

     

    L’éthique de l’intériorité, elle même – et ce n’est point là sa vocation – se radicalise également lorsqu’elle s’exprime dans la violence, dans la même violence que celle des religions…

    C’est  : « je déteste cette manière d’être, de se vêtir, je revendique ma différence, ma sobriété, mon rejet de paraître plus novateur que l’autre… Et j’en fais tout un état » (c’est pas mieux que la radicalité dans les religions et dans les ordres moraux et d’ idées)…

     

    La recherche d’ une indépendance d’esprit et de liberté que rien ne peut assujettir, ni pervertir… C’est peut-être – pour ne pas dire « sans doute » - le plus dur de tous les combats à mener !

     

    Léo Ferré disait que le drapeau noir de l’anarchie était encore et toujours un drapeau…

    Et un drapeau – ou un étendard, ou une bannière – fût-il celui de l’anarchie ou symbolisant la liberté – implique que l’on se rallie, que l’on suive ; et que l’ on revendique son appartenance à un ordre, à une communauté, à une vision du monde et de la société…

    L’indépendance et la liberté d’esprit s’accordent mal avec un signe représentatif qui serait un drapeau, une bannière, un étendard ; s’accorde mal avec quelque ordre que ce soit, de religion, de morale, d’idées, de politique ; elle est une éthique à l’état pur de l’intériorité, dans une aspiration à être transmise – et si possible partagée - (mais pas dans une aspiration à mener, à diriger, à commander, à édicter…

     

     

  • De l'approche de la vie à l'approche de la mort

    « L’approche de la mort terrifie, mais si le nouveau-né avait conscience de l’approche de la vie, il serait tout aussi terrifié »

    [ Charlie Chaplin ]

     

    L’approche de la mort terrifie… Et interroge.

    Mais, si nous savons que pour nous, c’est à dire l’être que l’on est avec tout ce que l’on possède – de capacités en soi, de biens matériels ; et avec tout ce que l’on voit, que l’on ressent, que l’on produit, transmet, apprend… Si nous savons que tout ce qui nous concerne s’arrête à notre mort, nous savons aussi que tout ce qui n’est point nous, c’est à dire les autres humains, les choses qui nous entourent, ce qui se dit et se fait, ce qui s’observe, ce qui se produit, se transmet, s’apprend ; que tout cela continue… Tant qu’il y aura des humains, des êtres vivants, en cet endroit de l’univers qui s’appelle La Terre…

    En quelque sorte, ce qui continue qui n’est plus nous, c’est peut-être ça la « vie éternelle » et tant que nous sommes nous-mêmes encore vivants, nous le savons et c’est ce savoir là qui contribue, à mon sens bien davantage que ne le fait la Religion, à nous rendre la mort moins terrifiante… Car ne demeure vraiment terrifiant, que le fait de ne plus pouvoir observer, témoigner, ressentir… (C’est en effet, terrifiant, de ne plus pouvoir observer, témoigner, ressentir)…

     

    Mourir, c’est comme être un voyageur sur le quai d’une gare ; un voyageur dont le voyage qu’il fait est le dernier, qui laisse son bagage sur le quai, ce bagage qu’il a porté toute sa vie, et qui monte dans un train dont il ne connaît pas la destination de ce train : dès l’instant où il pose le pied sur la marche d’accès au wagon, il n’a plus conscience de rien…

    Et le bagage demeure sur le quai : il sera pris, peut-être ouvert, peut-être vidé d’une partie de son contenu qui servira ; sans doute aussi, déposé quelque part puis détruit, avec tant d’autres bagages abandonnés sur le quai, n’ayant pas même été ouverts…

     

    Le nouveau-né n’a pas conscience de l’approche de la vie mais il est déjà dans « une vie avant la vie » c’est à dire une vie dans l’environnement intérieur du corps de sa mère et, en quelque sorte relié au monde extérieur à travers sa mère qui lui transmet ce qu’elle voit et ressent et dont l’enfant non encore confronté à la vie au dehors est impacté…

    Et dès l’instant où le nouveau-né vient à la vie au dehors, s’il n’est pas « consciemment terrifié », il manifeste cependant son effroi par le cri qu’il pousse au moment où l’air pour la première fois entre dans ses poumons (Nous ne nous souvenons pas de ce moment, mais il a certainement été douloureux)…

     

    Au sujet du suicide (mettre soi-même délibérément, fin à ses jours) :

     

    Se résoudre au suicide, c’est en quelque sorte, accepter (ou concevoir) de ne plus ressentir, de ne plus observer, de ne plus témoigner, de ne plus transmettre, communiquer, apprendre…

    Comment une telle acceptation peut-elle être possible ? Comment ce qu’il y a de plus terrifiant – ne plus observer et ne plus témoigner – peut-il être supporté et, avant même de décider de mettre fin à ses jours, envisagé ?

    À la limite – à l’extrême limite - « ne plus ressentir » (la souffrance la plus épouvantable, la plus dure qui soit) ça peut rendre concevable – et jusqu’à être souhaitable – le suicide…. Mais envisager, concevoir de ne plus ni observer, ni témoigner… Ça, c’est – à mon sens- totalement impossible ! (un « pas à franchir » que je n’arrive pas à « intégrer dans mon entendement qu’il puisse être franchi)…