compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il faut sauver le soldat Ryan

Ryan.jpg

Film de Steven Spielberg, sorti en 1998… Mise en scène d’une histoire vraie, celle des soldats Sullivan et Niland, qui ont réellement existé.

Les cinq frères Sullivan, lors de la bataille de Guadalcanal dans le Pacifique, sont tués tous en même temps…

Les parents Niland perdent trois fils, l’un abattu dans le Pacifique en mai 1944, et les deux autres lors du débarquement sur les plages Normandes, le 6 juin 1944… Il leur reste un autre fils, Frederick Niland, que les autorités militaires en haut lieu décident de récupérer vivant…

Comme on peut le voir (l’ image ci jointe) dans ce film, l’on mesure l’horreur absolue de ce qu’est la guerre, de ce que fait la guerre à des êtres humains… Que ce soient la guerre de cent ans (1346 -1453), la guerre de trente ans (1618-1648), la guerre -sous Louis XIV- européenne ( 1701-1712), la guerre de sept ans (1756-1763) sous Louis XV, les guerres Napoléoniennes (1805-1815), la guerre de 1870, la guerre de 1914 à 1918, la guerre de 1939-1945… Puis enfin – et c’est loin d’être terminé en ce sens que le siècle présent est « prometteur » en perspective d’horreur – la guerre du Vietnam ( 1967-1975) la guerre de Yougoslavie (1995-1998) dans la seconde moitié du 20ème siècle… Et toutes les guerres du 21ème siècle au Moyen Orient, en Afrique, en Ukraine…

À l’origine de toutes les guerres depuis l’antiquité Gréco Romaine (et avant si l’on remonte encore plus loin) il y a systématiquement, perpétuellement, cette aspiration des dominants, des puissants, des conquérants, avec leur propagande, leurs idéologies, à envahir, à occuper, à éliminer, à massacrer, à réduire en esclavage (dans les temps d’aujourd’hui dans de nouvelles formes d’esclavage)… Et en face de l’attaquant, il y a celui qui se défend, qui résiste… Ce qui implique forcément de la violence qui répond à la violence…

Le 20ème siècle a inventé la Société des Nations (SDN) puis L’Organisation des Nations Unies (ONU) – avec les « casques bleus » - afin – soit disant- de « moraliser et de règlementer »… On « mesure le résultat » (sans commentaire)…

Lors des cérémonies en 2024 en Normandie pour célébrer le 80ème anniversaire du débarquement du 6 juin 1944, il a été question de reconstitution des combats tel que cela s’ est passé sur les plages normandes le 6 juin 1944…

Une reconstitution comme son nom l’indique n’est – et ne sera jamais – qu’une reconstitution aussi proche du réel qu’elle s’efforce d’être ( que l’on lui fait être)… L’on a bien, en 2015 « reconstitué la bataille de Waterloo »…

Reconstituer c’est une « parodier » le réel… Presque -dirais-je – une « insulte » au réel, à la tragédie du réel… Avec – comme j’ai pu le constater en 1988 en me rendant durant une semaine en Normandie en été – à proximité des plages, bâties sur les hauteurs… De grands hôtels, des casinos – enfin « de tout pour le tourisme autant de luxe que de masse »… Les cimetières sont pas très loin…

Les cérémonies – toujours grandioses et médiatisées…

Et la réalité tragique, d’une extrême violence, du monde qui plus que jamais, toujours plus que jamais accru et perpétué, nous rattrape…

Les Décideurs et les dominants ont fait des êtres humains non plus des personnes humaines ( des femmes, des hommes, des enfants, des familles, des ethnies, des communautés humaines)… Mais des « individus » …

Et l’« individu » c’est une abstraction, quelque chose qui n’a qu’une réalité virtuelle, une réalité « comptable »… On peut donc assassiner, éliminer, faire disparaître l’individu ( les individus)…

Mais la bombe qui éclate à 2 mètres elle répand de la cervelle et des viscères par terre… Et ça, c’est de la réalité… De la réalité dont l’ Histoire ( celle de ceux qui écrivent en « arrageant » selon « l’air du temps ») fait de la cervelle et des viscères par terre des « dégâts collatéraux » - sans les montrer dans les détails…

Le 21ème siècle en « matière d’ évolution de la civilisation » c’est un siècle où en plus de l’hypocrisie telle qu’elle a existé depuis Rome et Carthage – et telle qu’elle s’est accrue aujourd’hui – se sont ajoutés l’abstraction, la virtualité, l’ imagerie fabriquée, tout cela « alchimisé » par la technologie de la communication, de l’instantané, de l’effet produit, de la diffusion à grande échelle…



Écrire un commentaire

Optionnel