compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Haiper" entre en scène

    L’on va « faire vraiment très fort » avec l’Intelligence Artificielle ! Voilà-t-il pas que « Haiper » entre en scène, ayant la capacité de créer pour toi une production vidéo ! Et, à partir de là, de la scène avec des personnages en une situation – drôle ou dramatique – des films surpassant les réalisations des meilleurs producteurs…

    L’ on imagine, sur les réseaux sociaux, dans les années qui viennent, avant même 2030, sur Facebook, sur Instagram, sur Tik-Tok… Le mombre, la diversité, tout ce qu’ il y aura de « faussement réel », de productions des uns et des autres, tous « créateurs de génie » !

    C’est dire du devenir des productions culturelles, de la pensée, de l’ écrit, de l’image, de la musique, de l’ Art en général… D’ un 21ème siècle qui ouvrira… L’ « ère des Humanuscules » …

    Une résistance sera-t-elle encore possible dans un tel monde « Ihatisé » ? « Haipérisé » ?

    Et quel impact pourra avoir cette résistance dans la mesure où elle parviendrait à exister, et, plus improbable , à s’ organiser ?

    Les « trouduks » se faisant tous « Jennie’s » et les « Jennie’ s » faisant mieux, mille fois mieux que les génies, leurs prédécesseurs !

    Le « hic » dans « l’afffaire » serait qu’un génie demeuré génie « battrait les Jennie’s à la course » !

     

     

  • "Il y a des cactus" ...

    Dans d’ immenses hergregs à perte de vue, d’ oasis improbables, de puits assechés et de caravanes de marchands, d’ horribles cactus se couvrirent de fleurs dont les corolles dardaient des flèches de lumière atteignant des hordes d ‘errants venus de contrées dévastées…

    Et les marchands déclarèrent certaines ces oasis surgies au détour de longs canyons habités de macaques musitamtamjacassants, prometteuses de fraîcheur et de verdure…

    D’improbables, les oasis se firent citadelles se peuplant de tous les errants, et les marchands après avoir étalé sacs, calebasses et outillages tout au long des rues, s’ installèrent hors les remparts ceignant les citadelles…

    Lorsque les cactus se gorgèrent dans leurs fibres, de sucs appêtants, les errants se mirent à aller-retourer de la citadelle aux cactus…

    De petits avions carrés octo-ailés tournicotèrent nuit et jour au dessus des hergregs et des citadelles et la vie des errants chaque jour chaque minute même, aux cabinets ou au manège, fut sériée et enfichée…

    Le grand avionbombe qui, plusqueparaîssaitil, devait vitrifier le paysage sur mille lieues carré à la ronde, redouté et attendu – jusqu’ à même être souhaité par les errants les plus désespérés, fut concurrencé par l’ activité milletuplée des cactus dont les fleurs de lumière arcanciellée brûlaient et réduisaient en cendres les cathédrales désaffectées de visiteurs, et dont les sucs chargés de séduipestilences rendaient les narines des errants, plus trompettantes que des troudebales…

     

     

  • Réflexion du jour , 13 juillet 2024

    L’ on pourrait attendre de l’ Intelligence Artificielle qu’elle produise, sur la demande de toute personne en France, en Europe et dans le monde, anti – anti sémitisme, anti religion, anti islamisme radical, anti lobbys, anti milliardaires, anti actionnaires, anti mafias, anti voyous, anti marchands d’ armes… Un « article ultra choc » d’ un impact considérable, un véritable «  monument de littérature », iconoclaste en plein, démolisseur, en un mot « atomique » et qui fasse très mal, vraiment mal, aux fanatiques religieux, à «  dieu à toutes les sauces », aux antisémites, aux islamistes radicaux, aux lobbys, aux milliardaires, aux actionnaires, aux mafias, aux voyous, aux marchands d’armes… Un « article » tout ce qu’ il y a de plus laminant, qui paraîtrait « à la Une » de toutes les pages des réseaux sociaux… « Clouant le bec » de la « buse Uhlémane dont le cri de ralliement s’ éteindrait dans le fond du gosier de cette buse juchée sur des potominarés ; anéantissant les arguments fallacieux de toute la caste des potentats de cette planète, des mafiosos et de leurs hordes de nervis…

     

     

  • Le bal des rats sur une peau de génisse cuite au soleil et rongée

    «Éperdus de matérialisme, passionnés de “choses”, de luxe, de pondérable, de raisonnable, de bouffable, de roulable, de vendable, de ventrable, la matière nous a muflisés, avilis, banalisés, ahuris, affadis, asservis à en dégueuler de nous connaître. »

    Louis-Ferdinand Céline— L’École des cadavres (1938), Éditions Denoël, 1938. Littérature et Poésie

     

    La « matière » en l’ occurrence ( rapport au monde d’aujourd’hui) c’est la civilisation dévoyée, absurde, cruelle, imbécile, faussement confortable, en grande partie inculte en dépit du nombre de ses instruits, toute pétée enfoirée de morale, de religion, de principes, de dogmes, de shoote, de football… La civilisation du consumérisme et de l’ immédiateté et, en conséquence, de la pensée pendue haut et court !

     

    La fête des rats sur ce qui reste d’ une peau de génisse cuite sous le soleil et rongée de toute part…

     

     

  • Le "point de non retour"

    Les pro-palestiniens, ceux et celles qui, en France, en Europe et en Amérique ( USA) manifestent avec drapeau palestinien brandi, et qui défendent l’ idée d’ un État Palestinien ( sans jamais un seul moment préciser « un État Palestinien sans le Hamas et sans les Islamistes »)… Se rendent-ils compte à quel point les palestiniens de Gaza et de Cisjordanie ne peuvent que haïr les Israéliens depuis que tombent par milliers de tonnes sur tout le territoire de Gaza, les bombes israéliennes ? Et peuvent-ils encore croire qu’une « entente » soit possible entre le peuple Palestinien et le peuple d’ Israël ?

     

    Et ceux et celles qui soutiennent Israël « inconditionnellement », ne peuvent que comprendre à quel point Israël ne veut pas d’ un État Palestinien qui, forcément, serait armé par des pays tels que l’ Iran et la Russie, et quelques pays du monde Arabe vendeurs d’ armes, et gouverné par le Hamas, soit un État Palestinien qui, en conséquence de ce qu’il a subi de la part des Israéliens avant d’ être un état qui aurait été reconnu de la communauté internationale, n’aspirerait qu’ à se venger et à éliminer Israël ?

     

    C’est exactement la même chose pour les Ukrainiens qui ne peuvent que haïr les Russes, ainsi que pour les pays qui soutiennent la résistance Ukrainienne dont les populations en majorité haïssent les Russes ( avec cependant la pensée que tous les Russes ne sont pas pour Poutine et pour la guerre)…

     

    Dans ces deux conflits l’un entre le Hamas, le Hezbollah et Israël, l’autre entre l’ Ukraine et la Russie ; le niveau atteint de haine, de rejet absolu , de violence et d’ extrême ressentiment, est tel, qu’ il ne peut en aucun cas s’ éteindre ( « point de non retour ») et que toute idée de négociation, de dialogue, est à jamais totalement exclue…

     

    Le niveau de haine atteint est tel, que toute politique menée, que tout soutien des uns ou des autres, que toutes manifestations avec des milliers de personnes pour la Paix, que toute vue intellectuelle ou philosophique ou encore humaniste des choses, se trouve complètement dépassé de très loin, rendu inutile et - pour ainsi dire - « contre productif »… C’est cela, la réalité, la terrifiante et incontournable réalité ! Terrifiante parce que le monde, dans l’ hypothèse quasi totalement improbable où il pourrait en sortir, de cette réalité, n’ en sortirait pas indemne… Le monde à vrai dire est d’ hors et déjà irrémédiablement blessé à mort…

     

    « Il serait fort, vraiment fort, l’ écrivain, l’ artiste, le penseur, le poète, le philosophe… Palestinien, Israélien, Ukrainien, Russe… Dont l’ œuvre – d’une très grande beauté, d’ une très grande dimension d’ humanité et éternelle – pourrait avoir un impact certain et durable, réducteur de la haine, neutralisant la haine ; parvenant à inciter les belligérants, les peuples, à se parler, à pardonner, à reconstruire un monde…

     

    Il n’existe pas, cet écrivain, cet artiste, ce penseur, ce poète, ce philosophe… Il y a bien eu Nelson Mandela, Martin Luther King, Indira Gandi… Mais « c’était une autre époque » - ou plus exactement «  un autre contexte historique » (le rêve n’ avait pas encore été autant détruit qu’il l’ est aujourd’hui… Même s’ il avait été détruit comme il l’ a été, notamment durant le 20ème siècle)…

     

    C’ est bien là, cette « vision des choses », désespérante, plus qu’ un pavé, un rocher jeté dans la mare…

    Mais la mare est profonde et le pavé – ou le rocher – en s’ enfonçant brutalement, lorsqu’ il atteint les boues putrides au fond de la mare, projette à la surface, toutes ces boues putrides, par la force, par la puissance de son impact… Et alors, se libère – du moins en partie – des boues putrides, le fond de la mare…

    C’est cette image là, de l’ impact du pavé ou du rocher lancé dans la mare, et de l’ éclaboussure en grand, produite -et qui «  libèrerait » le fond de la mare  ? qui, en quelque sorte « peut faire la peau » du désespoir…

     

    Cela dit, les anti haine et les inconditionnels de la non violence, en dépit de leurs arguments les mieux fondés et de leur volonté déterminée à croire en la paix , que font-ils de l’ autoritarisme poutinien et de l’ agression de l’ Ukraine par la Russie, que font-ils de l’islamisme radical djihadiste, que font -ils de l’ antisémitisme radicalisé ? …

    N’ y-a-t-il donc pas de haines « nécéssaires », de haines justifiées, de haines ne pouvant être éradiquées ?