compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paroles et Visages - Page 2

  • Pensée du jour, 12 juillet 2024

    Cueillir des fleurs, mettre des oiseaux en cage… L’ humain fait ça ! Et le chat, lui, quand il « cueille » une souris, il la « tapototote » de sa patte griffue, il l’estourbit… Mais ça, c’est « la nature qui ne fait pas dans la dentelle… Dans toute sa réalité, dans toute sa beauté… Mais la beauté n’ a pas de « morale », n’ a pas de « canons » ou de « modèles »… Elle n’ a pas attendu l’ Homme pour exister… Et quand l ‘Homme a défini la beauté en y introduisant l’ idée qu’il se fait de la beauté, quand il l’ a exprimée à sa manière par ses réalisations artistiques, la beauté s’ est toujours faite sans toi ni moi en particulier quoi tu aies fait, quoi que j’ aie fait… La beauté étant « l’ affaire » non pas d’ un en particulier aussi évidente qu’ elle soit, mais l’« affaire » de ceux et de celles qui ont placé dans le « puzzle » infini de la beauté, une pièce, une seule, de l ‘immense « puzzle » de la beauté…

     

    L’avenir n’est rien d’autre qu’une projection dans un futur inconnu, d’ une vie, d’ un monde, de modes de vie, d’ une culture, d’ une « modernité », d’ une géographie, d’ une Histoire, de politiques et d’ économies, et avec des gouvernements, des codes, des lois… À partir d’ un présent dont nous connaissons l’ apparence qu’a ce présent, mais dont nous méconnaissons ce dont ce présent est fait de l’ intérieur…

    Il y a néanmoins en nous, cette capacité à imaginer le monde de demain, diversement présente cependant en chacun de nous… Mais l’ imagination demeure dépendante de ce qui a été dans un passé bien plus imparfaitement traduit ou interprété, bien plus « arrangé » selon les différentes « lectures » faites du passé, que ce qu’ il a, ce passé, vraiment été…

     

     

  • La domination de l'immédiateté

    Ce dont meurt le monde d ‘aujourd’ hui ( la société dans toutes ses composantes, la civilisation toute entière dans ses diversités et dans les modes de vie des uns et des autres partout dans le monde ; la politique, l’ économie, la culture, l’ éducation… Ce dont meurt la géographie des paysages, des terres, des mers, des hommes, des êtres vivants)…

    C’est de l’ absence de pensée à long terme… Et donc, de la domination quasi absolue et en même temps accrue, de l’ immédiateté…

    Et dans l’ immédiateté s’ inscrivent les désordres, des désordres qui se font Ordres ; les crispations, les plaintes, les cris, les murmures, les grondements ; toutes les voix du monde en une cacophonie assourdissante…

    Et dans cette immédiateté dont la caractéristique est la pensée à court terme, à très court terme, tout y est nivelé, formaté, réduit au plus accessible sans effort, sans « grammaire », automatisé, consumérisé…

    Comment le monde, la société, les humains, les êtres vivants, les paysages, les terres et les mers, l’ air même que nous respirons… Pourraient-ils survivre – c’est à dire ne pas disparaître- en l’ absence de pensée à long terme ? Et, s’ ils parviennent à survivre – en devenant ( les humains) ce qu ‘ils n’ont jamais été, ce pour quoi ils ne sont pas faits et qui les déshumanise, alors à quoi ressemblera le monde de demain, qui témoignera de ce monde, demain ; quelle en sera, de ce monde, la culture, la géographie ; comment en écrira-t-on l’ Histoire, de ce monde qui n’ aura plus d’ Histoire ?

     

     

  • Y-a-t-il une autre voie que celle d' une coalition ?

    Dans le contexte de la composition de la nouvelle assemblée nationale élue après le 2ème tour le 7 juillet 2024, avec trois blocs : le Front Populaire 183 élus, Ensemble 166 élus et Rassemblement National 143 élus – et si l’ on joint à ces trois blocs Les Républicains 66 élus… La recherche de la constitution d’ une majorité qui serait une coalition, avec par exemple une coalition FP/Ensemble/LR ou Ensemble/LR/Parti Socialiste… N’a aucun sens, ne peut pas satisfaire les uns et les autres ; ce serait alors une coalition, dans une France qui n’a jamais connue depuis 1958, que des majorités autour du président élu, ou des cohabitations entre une majorité de Droite ou de Gauche et un président élu… Qui ne ressemblerait en rien avec les autres coalitions dans les assemblées parlementaires d’ autres pays Européens… Qui, elles, ces coalitions, fonctionnent…

    Rappelons qu’ en France depuis 1958, lorsqu’ il y avait cohabitation – en 1986, en 1993, en 1997, à chaque fois la majorité de plus de la moitié des élus, impliquait le choix d’ un premier ministre dans cette nouvelle majorité de l’ opposition en face du président en place…

    Cette fois-ci, en 2024, il n’y a plus de majorité dans l’opposition, mais 2 blocs l’un le FP avec 183 élus et l’ autre le RN avec 143 élus… Et un 3ème bloc, le LR avec 66 élus… En face d’une « ancienne majorité » Ensemble qui ne dispose plus que de 166 sièges et d’ un président en place…

    Rappelons également que seuls le Rassemblement National et le LR sont des groupes homogène « d’ un seul tenant »…

    En effet Ensemble est constitué de plusieurs formations « alliées » (mais avec des sensibilités, des projets et des programmes différents)… Et il en est de même pour le Front Populaire, constitué de formations « opportunément alliées » ( mais dont les différences sont difficilement conciliables)…

    Il y a – en France – mais sans doute beaucoup moins dans les autres pays européens – une  culture des divergences, des crispations, et des prises de position – et de l’ idée selon laquelle une majorité ou un groupe dominant doit s’ imposer et exercer le pouvoir ( ce qui, en quelque sorte n’ est guère trop compatible avec ce que doit être une véritable démocratie républicaine…

    Et cette « culture là » est ancrée, en France, depuis 66 ans !

    En ce qui concerne LFI, avec 75 élus, « il serait question » d’ une « dissidence » ( de François Ruffin, d’ Alexis Corbières, de Clémentine Autain, de Danielle Simonet, de Hendrick David)… Qui envisagerait de constituer une nouvelle formation séparée de LFI de Jean Luc Mélenchon…

    Une telle formation, entrerait-elle alors dans une coalition ? De telle sorte que serait opposés à cette coalition ( vraiment opposés) : le RN et LFI de Jean Luc Mélenchon ?

    Quoi qu’ il en soit – ou n’ en soit pas – il est à mon sens une « autre voie possible » que celle d’ une coalition…

    Prenons une proposition de loi qui est définie, annoncée et soumise au vote de toute l’ assemblée : qui, de droite, de gauche, du RN, d’ Ensemble, du LR… Ne serait pas d’accord avec ce qu’ attendent de cette loi la plupart des Français, cette loi dont l’application aurait un impact certain et durable sur la vie quotidienne des Français ?

    Autrement dit n’ importe quelle loi soumise au vote de 577 députés, serait adoptée si elle obtient, cette loi, plus de 289 voix ( chacune de ces 289 voix pouvant être du FP, d’ Ensemble, du LR ou du RN ) ?

    Soyons clairs : autant il y a de désaccords, de refus absolu, de différences de vues, de projets… De la part des uns et des autres… Autant il y a des choses auquelles tout le monde aspire et voudrait voir en place dans son quotidien de vie…

     

     

    Bien que la situation de la composition de l’Assemblée Nationale soit inédite, entre trois blocs dont aucun des trois n’ atteint 289 élus… La « logique » serait qu’un premier ministre issu de la formation ayant le plus d’ élus – en l’ occurrence le FP – soit choisi pour former un gouvernement.

    La question est de savoir qui, au FP, serait « le mieux placé, le plus crédible » aux yeux de l’opinion ?

    Sûrement pas au FP, Jean Luc Mélenchon…

    Et dans l’hypothèse où un premier ministre serait nommé, qui ne serait pas du FP, sûrement pas Jordan Bardella…

    À mon sens, un premier ministre nommé, qu’il soit du FP ou d’une autre formation (Ensemble ou LR) devrait afin de constituer son équipe, prendre des personnes appartenant à chacun des partis, à proportion du nombre d’ élus dans chacun des partis…

    Dans chaque formation, de la Gauche à la Droite et même au RN, il y a forcément des « modérés » qui se démarquent de la « ligne dure »… Et parmi les «  modérés » il y a quelques personnages « relativement bien vus » dans l’ opinion ( les mieux à même de dialoguer avec les autres)…

     

     

  • "Seuil de pauvreté" différent selon les pays

    ...Evidemment, dans beaucoup de pays "pauvres" de la planète, ce sont jusqu 'à 90% des populations de ces pays qui vivent avec un revenu de 2 euro par jour sans aucune assisance ( Haïti, Madagascar, Bangladesh entre autres dont bon nombre de pays Africains) ... A titre de comparaison (si l 'on peut dire) un Bengladi qui vient travailler à Doha au Qatar, peut gagner 300 euro par mois - soit dix fois plus que dans son pays d'origine... Et un Ghananéen en France ( régularisé ou clandestin) peut gagner 1100 euro voire le SMIC pour 40 h de travail hebdomadaire ( c' est " le Pérou" par rapport au Ghana!)...

     

    C'est ainsi que "s' explique" l' économie mondialisée libéralisée de marché - de l' emploi, de la consommation- selon le niveau de développement de tel ou tel pays d' une part, et selon les modes de vie et de consommation d'autre part ( immenses disparités, toutes ces dispartités et différences constituant le "principe moteur" du fonctionnement de l' économie de marché aux mains des dominants, des décideurs, et avec l' aval des gouvernements en place... Et l' adhésion ( le plus souvent tacite) de centaines de millions voire de milliards d' humains...

     

     

  • La France de 2024

    Ah, cette France qui, sur le plan économique au niveau mondial, « ne se porte pas si mal que cela » - puisque la croissance atteint 0,8 point de plus au cours des derniers mois et que l’ ensemble des ménages a vu son pouvoir d’ achat ( sa consommation tous produits confondus) progresser de 0,4 % depuis début janvier 2024…

    Au dires de certains observateurs « avisés » et « crédibles », sur le plan économique la France « va bien »… Du moins pour des millions de Français qui eux, travaillent, disposent -en couple- de deux salaires et… Ne sont pas « dans le rouge » dès le 15 du mois… (En revanche pour les plus démunis, en dessous du « seuil de pauvreté » ou «  vraiment en difficulté au quotidien » soit environ 9 millions de personnes, la « France qui va bien » est pour eux une «  France étrangère » dans laquelle ils se sentent exclus ou déconsidérés – comme si le « Système » , « n’ avait pas besoin d’ eux du fait qu’ il compte sur les autres vingt ou trente millions qui consomment ( n’ arrêtent pas de « mettre cent balles dans le Dada »)…

    En somme, d’un côté « une France qui va bien » mais de l’ autre côté, une France qui, sur le plan social – et politique- « ne va pas bien du tout » ! Et qui est en déliquescence accrue…