compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

voile

  • L'abaya

    Depuis la Loi du 15 mars 2004 « dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit »…

     

    J’approuve donc la décision du ministre de l’Éducation Nationale (qui, soit dit en passant est à présent « ministre de l’Éducation – ou de l’Enseignement » - ce qui « ne me chaut guère trop) … D’interdire le port de l’abaya par les filles et adolescentes de religion musulmane.

    Si l’abaya n’est pas un vêtement prescrit par la religion musulmane au même titre que le voile, il n’en demeure pas moins qu’il est porté manifestement par provocation et dans le sens d’une revendication identitaire, communautaire, liée à la religion musulmane…

     

    Rappelons que la Loi du 15 mars 2004 s’applique aussi bien à des élèves de religion musulmane, que juive ou chrétienne…

     

    Dans les écoles, collèges et lycées privés, ainsi que dans les facultés, les grandes écoles, le port du voile – et donc de l’abaya- n’est pas interdit, ni non plus, la kippa pour les jeunes adultes juifs, ou une croix catholique bien visible sur un vêtement du dessus du corps… Alors que, bien que privés, écoles, collèges, facultés, grandes écoles sont des lieux où se trouvent des dizaines, des centaines de personnes de tous milieux sociaux et de toutes croyances y compris des non croyants ou athées, tout comme d’ailleurs dans les mairies, les préfectures, les administrations, les hôpitaux, les cliniques…

     

    Dans l’espace public, où que l’on se trouve, personne ne devrait voir si untel ou une telle est de telle ou telle religion, la croyance en une religion étant une affaire tout à fait personnelle, ne devant pas être affichée par un signe ou par une manière de se vêtir qui identifie…

    Bien sûr il y a les « engagés » (qui se sentent investis d’une « mission »), il y a les prêtres, les dignitaires de l’Église, les Sœurs, etc. … Que l’on distingue du « commun des mortels » par le vêtement qu’ils portent… Mais ça, ça fait partie du « paysage social » depuis des temps immémoriaux…

     

    En revanche (et à mon sens) : dans une chambre d’hôte, chez quelqu’un qui m’héberge, même si c’est un ami ou une amie… ça me gêne beaucoup un crucifix au dessus du lit dans lequel je vais passer la nuit !

    Et sur la grand’page générale d’accueil de Facebook, que je fais défiler pour voir ce que produisent les uns et les autres (« filtré » je suppose, par les algorythmes et l’intelligence artificielle en fonction de mon « profil » et de mes « préférences » et sensibilités) cela me « gêne quelque peu » de voir de temps à autre – bon, pas trop souvent quand même à vrai dire – des « posts » de personnes très croyantes accompagnés d’une image de Jésus ou de Marie (ça me « bassine un tantinet!)…

     

    Bon c’est vrai, pour le « profil » - esquissé par l’intelligence artificielle, par la robotique et par les algorythmes, si étudié au mieux qu’il peut être… Il inclut des données parfois « très indirectement proches de la vérité en ce qui me concerne ! »

    C’est que je suis au fond, un gentil, mais un gentil qui rue dans les brancards et qui parfois « pète de traviole » et « iconoclaste » !

     

     

    Petit bébé, peu après ma naissance à Linxe dans les Landes le 9 janvier 1948, surtout sur l’initiative de ma grand-mère maternelle qui pourtant ne mettait jamais les pieds à l’église sauf pour les mariages et les enterrements, j’ai été baptisé catholique en l’église de Linxe, car à l’époque il était « impensable » qu’un bébé ne soit pas baptisé…

    Par la suite, mes parents étant non croyants, je n’ai pas fait de communion ni été au cathéschisme, et je me suis marié civilement en 1975, et quand je mourrai, ça sera civilement aussi…

    Il y a de cela quelques années, j’ai envisagé de me faire rayer du baptême catholique (on peut, y’a une procédure à cet effet)… Mais après réflexion, je me suis dit que, dans le contexte d’une islamisation de la société française (plus de six millions de musulmans en France) et du fait des attentats terroristes islamistes et de tous ces fichés « S » pour des radicalisés ou en passe de l’être ; j’ai finalement renoncé à me faire rayer du baptême catholique… Pensant que ma démarche pourrait peut-être paraître suspecte aux yeux de quelque autorité investigatrice dotée d’une technologie de fichage pouvant noter et enregistrer ma demande de radiation…

    Mais bon… « ça me fait une belle jambe » d’avoir reçu, petit bébé, ce baptême catholique, « athée et rathatée que je suis » !